Histoire du Djing

Breadcrumb Navigation

De nos jours, les DJ font partie intégrante de nos vies et surtout de nos sorties en club. Mais quelle est l’origine de ces Disc Jockeys ? Viennent-ils du hip-hop ou de la radio ? Je vous invite à découvrire l’histoire des Dj’s!

Martin Block : infos et musiques

Si l’on remonte aux origines. Il n’existait pas de festivals rassemblant des DJ comme c’est le cas actuellement, tout se passait à la radio !

Aujourd’hui, il existe deux types de DJ :

les disc jockeys de radio et les disc jockeys de mix ( Le terme disc jockey a été inventé par l’animateur radio américain Walter Winchell ).

.

Il a commencé sa carrière à la radio WABC de New York en 1930 où il présentait pendant 15 minutes des nouvelles économiques à propos de Broadway.

Cependant, il n’a pas inventé ce terme pour lui-même, mais pour Martin Block . Martin Block est le fondateur du principe de la radio que nous connaissons actuellement, c’est-à-dire annoncer des nouvelles en diffusant de la musique entre deux. D’où le terme de Disc Jockey qui signifie grossièrement « joueur de disques » puisqu’à l’époque la musique était disponible sur des disques vinyle.

Ray Newby et Jimmy Savile : du grenier à la scène

Voilà pour l’explication de l’appellation DJ et de l’origine dans les radios dites commerciales.

Ray Newby est considéré comme le premier DiscJokey de l’histoire.

En 1906, Ray Newby diffusait de la musique depuis sa chambre en Californie avec un petit émetteur sur ondes courtes. La portée n’était donc pas très importante, si bien que peu de personnes pouvaient entendre son émission de radio. De l’autre côté de l’Atlantique, le premier DJ a vu le jour quelques décennies plus tard. C’était l’animateur radio et présentateur TV britannique Jimmy Savile.

Aujourd’hui, il est surtout connu pour les atrocités qu’il a commis durant sa carrière.

Mais cela ne change rien au fait que en 1943 , il a été le premier DJ à sortir du studio radio pour se produire devant un public .

Il organisait des soirées dans la ville anglaise d’Otley où il diffusait des disques de jazz.

Il a lui-même toujours prétendu être le premier DJ à utiliser deux platines en même temps, mais cela n’a jamais été prouvé.

Francis Grasso et DJ Kool Herc : DJ modernes

Si l’on considère l’équipement des DJ, comme une table de mixage, c’est Alex Rosner qui a construit la première table de mixage pour DJ en 1971, à la demande du DJ résident du club The Haven, Francis Grasso. Ce dernier se considère comme étant le parrain du DJing moderne. Parallèlement à cette histoire, les DJ hip-hop font leur apparition dans les années 70.

Au lieu que les gangs de New York se fracassent littéralement la tête, les membres de gang se sont mis à faire des battles par le biais de la musique.

Le précurseur de ce style était un DJ du Bronx, DJ Kool Herc. Dans ce style de DJing, la platine devient presque un instrument de musique en soi.

House

Si l’on regarde les fondateurs du style utilisé par les DJ actuels en club.

On se retrouve au début des années 80 à Chicago, où Francis Nicholls, que nous connaissons mieux sous le nom de Frankie Knuckles.

Qui a commencé à manipuler par nécessité de vieux disques disco des années 70, ce qui a donné un nouveau style musical, à savoir la house.

Nous parlons de nécessité, car les maisons de disques avaient décidé de ne plus sortir de disco et même d’en interdire la diffusion dans presque tous les clubs.

Les beats ont progressivement changés, en partie grâce à l’utilisation des boîtes à rythme , ce qui a également modifié le style du mixage .

Le style de mixage que l’on pouvait à peine distinguer.

si c’était toujours la même chanson qui était diffusée, ou si une nouvelle chanson avait déjà commencé.

Du disco au hip-hop

Le DJ sera au centre de mouvement jusqu’à la fin des années 70.

Les maisons de disques se chargent soit d’exploiter le filon disco puis de le rejeter , soit de juger ce genre vide et décadent.

Cependant, dans des clubs des quartiers noirs de New York où se joue et évolue le disco, des DJs observent les danseurs et constatent que certains d’entre eux se déchaînent en solo quand le titre marque un break.

De ce constat naît la breakdance qui donnera naissance au hip-hop, dont l’idée vient de personnalités comme DJ Kool Herc .

En enchaînant les breaks de plusieurs morceaux, parvenait à prolonger la durée des coupures rythmiques.

Avant que puisse être dupliquée par enregistrement cette répétition, la technicité demandée au DJ pour effectuer cet exercice s’est accrue.

Progressivement, avec des artistes comme Grandmaster Flash.

Le deejaying prend alors un nouveau sens qui exprime l’idée que le DJ produit du son à partir d’un instrument, le disque, grâce à tout un ensemble de techniques nouvelles qui nécessitent une dextérité extrême.

Le DJ passe ainsi du rôle de sélectionneur à celui d’artiste.

L’héritage des quelques DJ stars du disco, dont les habitués citent les noms, ne suffisant pas à en faire des personnes reconnues. La libéralisation des radios en France change la donne : en quelques années, le pouvoir que prennent ces radios imposent la programmation dans les discothèques ; le disc jockey conserve alors moins de liberté sur ses choix et les hit-parades marquent leur hégémonie . La France compte, vers cette époque, environ 20 000 disc jockeys. Un bon tiers non déclarés, le métier n’ayant toujours pas de réelle existence administrative.

Outre quelque noms sortants du lot.

Pour une majeure partie de DJ cela consiste toujours à animer et diffuser, la fonction reste sans reconnaissance ni considération .

Lorsque la house arrive en France, les DJ sont pour la plupart timides avec ce style musical. Il faut attendre la déferlante de la French touch pour qu’enfin surgisse une génération de disc-jockeys-musiciens créant leurs propres compositions . La technique de mixage elle aussi évolue, où le simple enchainement de titres laisse place au turntablism .

IMG 20191123 WA0001 1 1024x1024 Histoire du Djing
Histoire du Djing by Kobastyle